Une sculpture de l’exposition JEAN MARC !

Posté dans : La part du fer et du feu | 0

Nous découvrons ici l’une des sculptures de JEAN MARC, exposées à La Galerie de Bozouls (Aveyron), à partir du mercredi 4 juillet, que vous trouverez en photo dans un article de La Dépêche du Midi (et d’autres journaux), lors de la présentation à la presse de l’exposition « Jean Marc le forgeron humaniste » par Monsieur Jean-Luc Calmelly, maire, Conseiller départemental, et moi-même (qui représente la famille pendant toute la durée de l’exposition).

 

« Nom d’une pipe, nom d’un balai » Sculpture sur fer de JEAN MARC, forgeron d’art

 

« Nom d’une pipe, nom d’un balai ! »

Si vous ne connaissez pas l’œuvre de JEAN MARC, quelle est cette sculpture ? f

Fer forgé, sculpté et soudé, d’une hauteur de 47 cm, elle fait partie de petits sujets caractéristiques de sa parodie la comédie humaine, où chaque visage, chaque paire de mains, chaque attitude, chaque élément, raconte une histoire souvent satirique, d’autre fois philosophique, parfois parodique, ou, comme ici humoristique, dans laquelle se dessine toujours derrière l’apparence de la forme, le fond d’une parabole, d’une métaphore, ou la moralité d’une fable.

Son inspiration, JEAN MARC la trouvait partout, et la simple observation de la société depuis le pas de sa porte, lui suffisait à nous enchanter de personnages et d’historiettes qui offrent bien plus que le simple bonheur d’en découvrir l’aspect visuel.

Pour « Nom d’une pipe, nom d’un balai ! » c’est une histoire banale et pourtant si instructive, comme savait les raconter mon père du fond de son atelier de Corde-sur-Ciel depuis le feu de sa forge et les coups de son marteau


Dans la G
rand rue où il a son atelier, qui descend vers les portes médiévales de la ville, JEAN MARC observe les habitudes de son entourage.

Chaque matin, l’une de ses voisines balaie de bonne heure le devant de sa porte, attendant avec fébrilité un autre voisin qui va acheter son journal chaque jour à ce moment-là…

Quand il revient, elle l’interpelle :

« – Alors, les nouvelles sont-elles bonnes aujourd’hui ? »

Et l’autre de répondre :

« – Nom d’une pipe, vous savez quoi ? »

Puis la conversation s’engage sur l’actualité de tous les drames et de toutes les nouvelles qu’il tient à la main, dégénérant vite sur tous les commérages du quartier… :
« – Et si vous saviez encore ce que je vais vous dire ? » etc., etc.
« – Nom d’une pipe, ce n’est pas possible ! »

Notre voisin renchérit avec un nouveau « nom d’une pipe ! », auquel la gentille dame acquiesce par un magnifique « nom d’un balai ! », parce que son univers se limite aux horizons de son balai, ustensile derrière lequel se cache son existence, quand, de bon matin, il faut se recentrer, démarrer la journée en se donnant contenance et importance, exister, tout simplement exister, tout en découvrant les nouvelles du monde ou celles de son quartier à travers l’interprétation toute personnelle des premières lectures du quotidien local par son voisin (sa plus proche, économique, et facile source d’information).

C’est aussi une réflexion sur la transmission de l’information et de sa nature, son interprétation et son influence sur la vie des gens, que JEAN MARC aborde là. Bien avant que ne soit posée la grande problématique de la communication médiatique actuelle, l’apparition d’Internet, les enjeux d’influences et les « fake news », il se posait les questions fondamentales du devenir des moyens de communication, du rôle de l’information et de leur pouvoir au cœur de la société.

Ainsi en est-il des fables de mon père Jean MARC, qui nous rappelle combien le monde se résume à l’horizon des limites de notre propre univers, de nos connaissances, de nos aspirations, et à quel point, de la nouvelle la plus banale à la plus élaborée, on peut interpréter et agir différemment selon notre nature, notre culture, notre perception de la vie.

« Nom d’une pipe, nom d’un balai » (Détail) Sculpture sur fer de JEAN MARC, forgeron d’art

Un « voisin » comme nous en avons tous (si ce n’est que nous sommes nous-même le voisin de quelqu’un), tel qu’il apparaît selon JEAN MARC.

« Nom d’une pipe, nom d’un balai » (Détail) Sculpture sur fer de JEAN MARC, forgeron d’art

Quant à la gentille dame, nous en connaissons tous également qui ont réponse facile aux questions les plus inextricables du monde dans lequel nous vivons, « nom d’un balai » !

« Jean Marc le forgeron humaniste » *

Vernissage jeudi 5 juillet 2018 à 18h à La Galerie à BOZOULS Aveyron,

et projection de l‘émission de Jacques Chancel :

« Jean Marc ou le ciel forgeron »

Suivi d’un échange avec la famille

jeudi 5 juillet 2018 à 20h30 à l’espace Denys Puech

(à BOZOULS 6 rue Henri Camviel )

Exposition visible tous les jours à La Galerie (9 allée Paul Causse, Bozouls 12340) du 4 au 22 juillet, de 10 h à 12 h 30 et de 15 h à 18 h

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.